THEY MADE ME DO IT Index du Forum THEY MADE ME DO IT
Parler de tous les cinémas...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Juin 2008

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    THEY MADE ME DO IT Index du Forum -> They made me do it -> Films
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Caillouquiroule
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 265

MessagePosté le: Sam 14 Juin - 17:24 (2008)    Sujet du message: Juin 2008 Répondre en citant

Sex and the city commence comme la caricature de ce que devrait être une "bonne" adaptation de série : insupportable résumé des saisons précédentes pour ceux (celles !) qui ne connaissent pas les personnages et les situations, sur une musique fatigante, dans un mélange de séquence rythmée et animée du plus mauvais goût.
Cependant, le film retrouve assez vite une narration plus classique se rapprochant assez de celui de la série, plus centrée sur Carrie Bradshaw néanmoins, et son idylle qui vire au cauchemar avec Mister Big.
Série on ne peut plus "pour femmes", elle avait malgré tout le mérite d'être l'une des mieux "dialoguées" et merveilleusement interprétée.
Le film conserve cette recette, avec quelques échanges grinçants "faciles" mais très réussis (le dialogue sur les "crayons de couleur" ; le repas de pré-mariage) reposant énormément sur le personnage de Samantha.
Sinon, que dire ? Sinon que tout est très lisse, avec morale limite à la clef ; totalement attendu, mais finalement loin du désastre annoncé.

Grace is gone
est une horreur cinématographique. Tout sonne mal et faux du début à la fin du film : écriture alambiquée, personnages caricaturaux, dialogues crispants. J'ai dit le mot horreur ?

A swedish love story est le premier très beau film de Roy Andersson (on avait déjà parlé ici, dans une conversation plus animée, de son dernier film "Nous les vivants") tourné en 1969 et comptant l'amour de deux pré-ados confronté au regard désabusé de "l'extérieur". Très beau, étrange comme il faut. Joli moment quoi.

Phénomènes - The happening est une catastrophe signée M. Night Shyamalan qu'on ne présente plus. La direction d'acteur catastrophique mène le film tout droit vers le ridicule. C'est la première fois que je me dis que c'est l'interprétation qui fait qu'un film est mauvais. Ici, Mark Wahlberg (que je défends pourtant depuis longtemps) et l'insupportable Zooey Deschanel transforment ce film en parodie, malgré plusieurs images très fortes (les chutes des ouvriers, les pendus etc...).

Les ruines : d'aucuns diront "un navet de plus". J'ai plutôt apprécié ce film d'horreur plus étonnant qu'il n'y parait. Sur une base (comme pour les pizzas) classique (des jeunes, filles a gros seins, mecs à abdos partent à l'aventure dans un pays sous développé à leurs yeux et se retrouvent victimes d'évènements meurtriers), le film est assez marrant sur la définition de l'ennemi : ici ce sont des plantes carnivores ancestrales qui se sont développées sur des ruines incas. Jolie idée du film (parfois mal dirigée, et frisant le ridicule) : les fleurs des plantes imitent les voix, par vibration des feuilles et du pistil, les sonneries de portables (etc) pour attirer leur victime. Invraisemblable mais marrant
  Mort de Rire

JCVD est le Tchap Pantin du comique qu'a pu être Jean Claude Van Damme. Reste que le film m'a rappelé l'incroyable popularité de l'acteur de films d'action, toujours snobé par le cinéma "établi". Un scénario assez joli donnant une intrigue un peu fade mais permettant à Van Damme de prouver qu'il peut bien jouer s'il le veut (selon moi ! >> j'en ai parlé avec des amis, qui le trouvent très mauvais). De l'autodérision, un peu de tristesse aussi.

Je termine par le visionnage du nouveau moyen métrage de Hélier Cisterne dont j'avais adoré Les deux vies du serpent, très beau conte sur un jeune homme qui décide de profiter d'un jeu dangereux dans un lac avec ses amis pour disparaitre et refaire sa vie plus loin. Ce film m'avait marqué pour la parfaite direction d'acteurs alliée à un très beau scénar et à des idées de mises en scène bluffantes.
Il récidive avec Les paradis perdus, sélectionné à Cannes à la Semaine de la critique (et donc projeté à la Cinémathèque les semaines qui suivent), où une jeune femme vit un Mai 68 hybride et fantasmé, avant d'être confrontée à la personnalité paternelle moins lisse qu'il lui paraissait.
Je prédis que ce monsieur, on le reverra dans pas si longtemps et sans doute pour le meilleur.
_________________
I am not Avery

www.lestempssontdurspourlesreveurs.blogspot.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 14 Juin - 17:24 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    THEY MADE ME DO IT Index du Forum -> They made me do it -> Films Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template