THEY MADE ME DO IT Index du Forum THEY MADE ME DO IT
Parler de tous les cinémas...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le cinéma israélien

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    THEY MADE ME DO IT Index du Forum -> They made me do it -> Films
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Caillouquiroule
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 265

MessagePosté le: Jeu 17 Jan - 02:49 (2008)    Sujet du message: Le cinéma israélien Répondre en citant

Je continue sur ma lancée de promotion (modeste, à mon échelle Mr. Green ) de cinémas qui méritent toute notre attention, après le cinéma coréen (de loin le plus populaire de ma sainte trinité) et le cinéma roumain (le plus novateur), voici le cinéma israélien.
Comme pour les autres, une petite liste des films qui méritent selon moi le déplacement (pour beaucoup, la location maintenant) :
le tout dernier Visite de la fanfare de Eran Kolirin, très joli film contant le périple d'une fanfare militaire d'Alexandrie, dirigée par l'excellent acteur égyptien Sasson Gabai, qui se retrouve en Israël comme signe d'amitié, mais galère à rejoindre la ville de leur représentation. Ils se retrouvent bloqués pour une nuit dans une ville fantôme, accueillis par l'exceptionnelle Ronit Elkabetz qui avoue son admiration pour la culture arabe (la magnifique séquence de mise en scène dans un parc, et la belle réplique "My life is an arab movie").
Ronit Elkabetz donc, actrice notamment chez Yedaya (Mon trésor) et Amos Gitai (Milim ; Alila) sur le quel je reviendrai, qui co-réalise avec son frère Shlomi et joue dans l'exceptionnel Prendre femme en 2005, histoire dans les années 70 d'une femme qui ne supporte plus le carcan que sa culture séfarade lui impose et explose littéralement, telle la Gena Rowlands de Une femme sous influence de Cassavetes.
En 2007 encore, la très belle surprise de Meduzot (les Méduses) de Etgar Keret et Shira Geffen, Caméra d'Or en 2007 (comme le cinéma roumain, le cinéma israélien est très primé ces dernières années : la Visite de la fanfare Coup de cœur du jury Un certain regard, Prix de la jeunesse, Prix de la critique internationale...) sur les destins plus ou moins croisés d'israéliens dans un univers coloré.
Le succès de Tu marcheras sur l'eau de Eytan Fox lui a permis de confirmer cette année avec The Bubble les espoirs portés sur lui et son regard sur le monde à part qu'est Tel-Aviv dans le pays.
Comme beaucoup, Amos Gitaï, assurément le "réalisateur-star" du pays, du mois celui qui s'exporte le mieux, n'hésite pas à aborder des sujets tout aussi polémiques tels que la traite des blanches (et son film au titre cynique Terre Promise) ou les échanges commerciaux entre pays ennemis dans Free zone, sous le regard de la star Natalie Portman.
Cependant, peu de films s'attaquent au conflit israëlo-palestinien (ce qui paraît étonnant pour des européens, pour qui cela semble être le principal problème d'Israël).
Je n'ai vu, personnellement, que Une jeunesse pas comme les autres qui suit de près le quotidien de jeunes "soldates" israëliennes à Jérusalem, qui n'aspirent qu'à l'échange, à la joie, à la paix, comme (à l'inverse de ce que le titre prétend) toutes les jeunesses du monde. Seulement, celle-là, se prépare à la guerre en parallèle à leur éducation.

Ces films sont très beaux pour la plupart, mais peut-être peut-on reprocher à ces (souvent jeunes) réalisateurs de ne parler des sujets qui les intéresse que de manière détournée, édulcorée (ce n'est pas le cas de Gitaï ou de Prendre femme ; quand Meduzot ou La visite de la fanfare s'essayent plus à la fable).
Ces cinéastes se cherchent encore, c'est évident, et méritent d'être suivis.

Ma traditionnelle conclusion : Israël a vu son cinéma renaître avec la reprise en main de son système de subvention au cinéma, l'Israel Film Fund (équivalent du CNC en France).
On nous envie notre système instauré sous Pétain (et amélioré à la Libération et sous différents ministres impliqués tels Malraux ou Lang) qui permet à notre cinéma d'atteindre cette année 36% de part de marché sur notre territoire (chiffre très faible par rapport à ces 2-3 dernières années, mais exceptionnellement haut par rapport aux autres cinématographie mondiales, hors Etats Unis, Chine ou Inde).
Et on s'en inspire (en Roumanie et en Israël ouvertement, en Espagne depuis peu etc...).
_________________
I am not Avery

www.lestempssontdurspourlesreveurs.blogspot.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 17 Jan - 02:49 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Caillouquiroule
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 265

MessagePosté le: Jeu 17 Jan - 19:09 (2008)    Sujet du message: Le cinéma israélien Répondre en citant

à noter ce soir à 21h sur Arte la Fiancée syrienne, sur le casse tête des frontières entre pays ennemis
_________________
I am not Avery

www.lestempssontdurspourlesreveurs.blogspot.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:51 (2017)    Sujet du message: Le cinéma israélien

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    THEY MADE ME DO IT Index du Forum -> They made me do it -> Films Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template