THEY MADE ME DO IT Index du Forum THEY MADE ME DO IT
Parler de tous les cinémas...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La graine et le mulet

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    THEY MADE ME DO IT Index du Forum -> They made me do it -> Films
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tristan.


Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 67

MessagePosté le: Jeu 3 Jan - 00:25 (2008)    Sujet du message: La graine et le mulet Répondre en citant

Enfin, je l'ai vu, fin 2007 ! Et je ne partage pas tout à fait l'enthousiasme extrême du maître de ces lieux (provoc...), même si globalement, j'ai aimé le film.

Au début, après une belle transition du pont d'un bateau touristique au chantier naval où travaille le sujet principal du film, on arrive peu à peu dans ce qui constitue la 1ère longueur du film, le repas. Kechiche filme de l'ordinaire ennuyeux, et je me suis ennuyé. Il fallait sûrement planter le décor, et à ce stade, l'intrigue du film n'est pas encore perceptible.

Le film est en fait une succession de longueurs, et si la première n'a pas réussi à me maintenir en éveil, il en sera autrement des suivantes, quand le film décolle vraiment. Enfin ! On en arrive au début du grand suspense, que je ne dévoilerai pas ici, et qui est remarquable tant il est construit sur l'ordinaire de la vie. Pas d'artifices, pas d'effets spéciaux, pas de grosses ficelles, ... Tout coule "merveilleusement" de source... vers la catastrophe. Le mauvais oeil ! A un moment du film, on peut la prédire, mais le réalisateur pousse son art jusqu'à désamorcer cette hypothèse fugace...

Plus de 2 heures s'écoulent et finalement, le film atteint une fin qu'en fait, je n'attendais pas si tôt. Que je n'espérais pas si tôt non plus, car le réalisateur nous laisse écartelé entre 2 notes tout à fait opposées, qui se jouent l'une sur le bateau, l'autre entre les immeubles sur le bord du canal...

J'aurais pu aussi discourir sur ce que Kechiche nous montre, sans grossir et sans faiblir, sur nos grandeurs, nos élans, nos faiblesses, nos mesquineries, nos crises, ... avec une proximité tellement palpable qu'elle en devient quelquefois aussi pénible que dans la vrai vie...
_________________
Tristan.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 3 Jan - 00:25 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Caillouquiroule
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 265

MessagePosté le: Jeu 3 Jan - 20:01 (2008)    Sujet du message: La graine et le mulet Répondre en citant

Bien dit !
même si je ne suis pas du tout d'accord sur les "longueurs" du film (qui pour moi a marché 2 fois du début à la fin sans jamais m'ennuyer), ta critique décrit très bien ce que je pense du film.
Le premier repas ne raconte évidemment pas "grand chose", du moins à première vue. C'est une succession de dialogues banals, autour d'un bon repas. Mais très vite, on s'aperçoit de la "patte" Kechichoise, qui instille ses thématiques propres, notamment les questions portant sur le langage dans la famille, dans la communauté etc...
C'est un exemple que j'ai vécu pour ma part : lorsque l'an dernier j'ai essayé de me mettre à l'arabe (avec la méthode Assimil) : évidemment, je n'ai rien appris (je dois connaitre 18 mots en tout) si ce n'est une approche différente de la langue arabe. Dans la rue, dans les quartiers de Paris que je fréquente (le 11ème surtout), de nombreux maghrébins parlent entre eux et pour la première fois je les "entendais" vraiment, sans les comprendre. Mais surtout, je me suis rendu compte qu'ils mixaient en quelque sorte leurs deux langues (français et arabe) selon qu'ils considèrent tel ou tel mot plus fort pour se faire bien comprendre. Ainsi, au mileu d'une phrase totalement en arabe, j'avais saisi le mot "colère" en français.
Cette digression pour expliquer que dans cette scène, ils développent cette idée des mots qui fusionnent pour former une langue hybride selon les situations de la vie quotidienne (l'amour, l'amitié, les repas et nourritures etc...).
Le filmage et le montage de la scène sont exceptionnels, reposant sur les gros plans de la dizaine de personnages différents qui participent aux conversations.

Quant au reste du film, du le résume bien, mais je pense qu'on peut en parler plus, en "spoilant" peut-être. Je considère qu'on ne peut parler d'un film que quand on l'a vu. Et que donc lire une critique d'un film qu'on a pas vu est un non sens Mr. Green

ALLEZ Y !!
J'y retournerai une troisième fois moi Okay
_________________
I am not Avery

www.lestempssontdurspourlesreveurs.blogspot.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Caillouquiroule
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 265

MessagePosté le: Jeu 10 Jan - 12:44 (2008)    Sujet du message: La graine et le mulet Répondre en citant

Ben déjà 400000 personnes ne se sont pas ennuyées en 4 semaines.
Un bouche à oreille impressionnant qui ne me fait pas regretter mon pari du million d'entrées.
_________________
I am not Avery

www.lestempssontdurspourlesreveurs.blogspot.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Petrouchka


Hors ligne

Inscrit le: 15 Oct 2007
Messages: 4

MessagePosté le: Mar 4 Mar - 20:08 (2008)    Sujet du message: La graine et le mulet Répondre en citant

Bon allez, je fais remonter un sujet ancien parce que les films arrivent toujours en retard dans ma plaine de Sibérie... Et expose mon point de vue au risque de me faire fustiger par l'administrateur (m'enfin quoi, on vit en démocratie !)

Mais revenons à nos moutons mulets (et la graine). Disons-le d'emblée, il a été apprécié de ma part. Notamment pour son jeu d'acteurs époustouflant de réalisme, la manière de filmer au plus proche des gens, dynamique, qui donne un magnifique rendu des émotions (et donc du suspense). On s'y croirait, et c'est pour autant que je me souvienne le film le plus empreint de vérité que j'ai vu. Le dynamisme de la caméra rend l'ennuyeux et l'ordinaire attrayant, vivant, et malgré la longueur du film (2h40!) je ne peux pas dire que je me suis vraiment ennuyée. Quand à l'histoire, c'est assez incroyable ce qu'avec rien Kechiche parvient à nouer une intrigue insoutenable. De ce point de vue, pas de doute, je pense que La graine et le mulet a bien mérité ses prix.

Mais il y a un mais, pour ma part, c'est la gestion du temps. Une entrée en matière d'une heure pour un film de deux heures quarante, cela laisse une intrigue d'une heure quarante. Je rejoins l'avis de Tristan sur la "succession de longueurs" du début. Comme je l'ai dit, je ne me suis pas ennuyée, parce que Kechiche est très habile, arrivant à rendre l'ennuyeux attrayant. Mais n'empêche. Je ne comprends pas trop la démarche. Parce qu'il y a une intrigue, au bout du compte, et que le réalisateur cherche à nous emmener quelque part. Mais pourquoi une entrée en matière aussi longue? Il parvient aisément à nous faire entrer dans son sujet. Le parti pris de cette longue "introduction" m'est d'autant plus dérangeant que la "conclusion" du film, elle, est dans l'abrupt. On reste limite sur notre faim (de couscous...), on est dans la suggestion, alors que durant tout le film, on est dans l'approfondissement. 


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Caillouquiroule
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 265

MessagePosté le: Mar 4 Mar - 20:48 (2008)    Sujet du message: La graine et le mulet Répondre en citant

Je ne répondrai jamais à ces attaques !

Bannir

Non mais alors, oui mais non, bon ok. En fait, je vois très bien ce dont vous parlez même si je n'ai pas du tout la même "vision" de ce que vous appelez longueurs.
Petrouchka, tu parles d' "entrée en matière" pour les scènes qui précèdent le "suspense". Mais ce n'en est pas une !
Bien évidemment qu'on ressent deux parties dans le film, assez clairement délimitées : avant le banquet et pendant le banquet (en gros).
Mais ce que Kechiche fait, c'est de prélever des instants de vie, de "réalité" ou de "vérité" (termes qui sont eux mêmes sujets de polémiques : la réalité n'existe pas, pas plus qu'une seule vérité). Il choisit assez précisément de focaliser son récit sur une famille "élargie" par le père (Slimane refaisant sa vie avec l'hôtelière et sa fille Rym), par le fils (celui-ci vivant avec Julia, d'origine russe, elle-même toujours flanquée de son fils et de son frère Sergueï), ainsi que par les amis.
En somme, la "première partie" du film, elle est dans le ton de ce qu'était L'esquive. Pas vraiment d'intrigue, juste des minutes passées au plus près des protagonistes.
Je pense que ce qui vous dérange, c'est l'irruption de la fiction (tous les mots utilisés sont biaisés... le film est une fiction depuis le début) par le suspense qui créé un nouveau rythme et pose une intention de dénouement (ce qui manquait à L'esquive justement). Mais là où je pense que tu te trompes, c'est de penser qu'il y a une "introduction", une "entrée en matière" qui n'aurait pour but que de nous emmener à un dénouement dramatique.
Kechiche apporte finalement la plus belle réponse à ce questionnement : en "n'approfondissant" pas ce qui se passe après la mort de Slimane et la danse de Rym, il te montre que son film n'est pas une dissertation. Pas de conclusion, donc pas d'introduction. Juste un long développement d'un point A (les jambes d'une femme sur un bateau de tourisme dans le port de Sète) à un point B, l'épuisement des corps (le titre de mon article mort né sur le film Laughing ) de Slimane et de sa fille de cœur.

Je suis bien conscient que je réponds pas à tes remarques, d'ailleurs c'est pas très important, parce que tu as raison, puisque tout cela est du subjectif.
Si tu fais le distinguo entre ces parties, c'est que tu cherches à mon avis la raison de leurs différences, alors que pour moi la beauté du film réside justement dans l'impossibilité d'une réponse. Il n'y a pas non plus de hiérarchie entre ces deux parties (alors que ton raisonnement laisserait entendre que la deuxième partie est comme un but). Leur imbrication est bien plus fine qu'on ne le perçoit : dès le début le drame est annoncé (le mauvais œil, comme le rappelle Tristan).
Après, le rapport au temps est propre à chacun : ces 2h40 sont peut-être trop pour toi, pour moi elles ne sont que l'expression du génie de Kechiche.

C'est triste de ramer sur son propre forum, quand tous les arguments sont clairs dans la tête... Crying or Very sad
_________________
I am not Avery

www.lestempssontdurspourlesreveurs.blogspot.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:53 (2017)    Sujet du message: La graine et le mulet

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    THEY MADE ME DO IT Index du Forum -> They made me do it -> Films Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template